Toujours moins de factrices et de facteurs : la chute s’accélère

Il y avait 100 000 factrices et facteurs au début du siècle. À la fin de l’année 2022, il n’est pas impossible que l’on tombe sous la barre des 60 000.

D’après les chiffres de La Poste elle-même dans son « rapport financier » annuel, la chute des effectifs s’est brutalement accélérée à l’occasion (à la faveur ?) de la pandémie de Covid. Comme le montre le premier graphique, on comptait 3000 facteurs de moins entre 2015 et 2019, mais 7000 de moins entre 2019 et 2021.

Pendant ce temps, le nombre d’usagers ne cesse d’augmenter : 3 millions de boîtes aux lettres supplémentaires à desservir entre 2015 et 2021. Alors forcément, les factrices et facteurs n’ont jamais été aussi productifs/ves : en moyenne, chacun‧e desservait un peu plus de 500 boîtes aux lettres en 2014 ; c’est presque 700 aujourd’hui. C’est ce que montre le deuxième graphique.

Mais cette productivité là indiffère La Poste, puisqu’elle ne rapporte rien. Le courrier, c’est le contraire du téléphone ou internet : on paie pour envoyer du flux, pas pour en recevoir. Alors, qu’il y ait plus de destinataires, plus d’usagers raccordés au réseau postal, c’est pour la direction de La Poste un problème plutôt qu’une bonne nouvelle.

Le problème de cette direction, comme elle le martèle, c’est la baisse du courrier. Or, en 2021, la baisse des lettres ordinaires a continué, mais s’est ralentie. Si bien que, pour la première fois depuis des années, chaque factrice, chaque facteur a distribué davantage de courriers en 2021 qu’en 2020. C’est ce que montre le troisième graphique en comparant les productivités « boîtes aux lettres » et « courrier adressé ».

Il va sans dire que, parallèlement, chaque factrice ou facteur concerné‧e distribue aussi davantage de colis, davantage de prospectus publicitaires, puisque les volumes ont encore augmenté en 2021.

Comment La Poste a-t-elle pu soutirer encore plus de productivité à ses agents en 2020 et 2021 ? Comment a-t-elle pu les essorer davantage encore que ce je décrivais dans mon livre en 2021 ?

Le tour de passe-passe réside notamment dans l’introduction d’un samedi de repos sur deux. Même si c’était au nom de la lutte contre l’épidémie, voilà qui était apparemment bienvenu, pour une profession qui oblige couramment à travailler six jours sur sept, et une partie du week-end. Mais c’est l’occasion d’une nouvelle surcharge : lorsque l’agent est absent, ce n’est plus un remplaçant, un « rouleur », un « facteur de cycle » dédié à pallier les repos mérités de ses collègues, qui fait la tournée ; mais un autre titulaire, qui ajoute ainsi à sa propre tournée celle du facteur, de la factrice au repos.

Combien sont-ils, aujourd’hui, les « rouleurs de cycle » ? Il n’y a pas de chiffre public, mais on peut parier qu’ils forment une grosse part des 7000 disparus des années 2020 et 2021.

Pour La Poste, la saignée d’emplois doit se poursuivre. Quiconque n’est pas de la partie pourrait croire que l’annonce de la fin du timbre rouge (distribué à J+1) et et de l’allongement du délai du timbre vert (de J+2 à J+3) augure d’une dés-intensification du travail. Or, ce que la direction de La Poste gagne en souplesse organisationnelle, elle compte le récupérer en effectifs de facteurs supprimés.

Ces encombrantes 42 millions de boîtes aux lettres que compte le territoire français, on s’y rendra de moins en moins tous les jours. On attendra d’être au bout du bout du J+3. Entendons-nous : ce « on », ce n’est pas la factrice ou le facteur, mais la machine en plate-forme de tri qui prescrira aux facteurs des itinéraires allégés.

Allégement vite comblé par « l’organisateur », qui avec ses logiciels apparemment sophistiqués, nourris de calculs apparemment savants, supprimera de nouvelles tournées et rallongera les survivantes, rajoutant des villages, des bouts de rue, des cités nouvelles. Accélérant encore la course à la productivité.



Citer ce billet
Nicolas Jounin (2022, 17 septembre). Toujours moins de factrices et de facteurs : la chute s’accélère. Taylor chez les postier.es. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uno6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search