Femmes de chambres de l’Ibis Batignolles : petite leçon d’une grande victoire

Vendredi 21 mai a été signé un protocole d’accord mettant fin à 22 mois de conflit entre 20 travailleuses du nettoyage de l’immense hôtel Ibis des Batignolles, leur employeur STN et leur donneur d’ordres Accor.

Augmentation des salaires et baisse des cadences : c’est le combo magique qu’elles ont arraché.

Le tract de la CGT HPE, le syndicat qui les soutient, rapporte ainsi que « la cadence indicative [va baisser] de 3,5 à 3 chambres de l’heure (…) et à 2 chambres pour les grandes avec installation d’une pointeuse ».

La pointeuse serait donc un acquis de la lutte ? Troublant, et pourtant, c’est un changement de régime crucial. La cadence n’est pas seulement abaissée, elle change de statut. Elle devient un objectif, alors qu’elle valait solde de tout compte.

Tu as fait 14 chambres ? Alors c’est que tu as travaillé 4h, disait l’ancien régime, qui ne se préoccupait pas que la salariée ait pu en réalité fournir sa force de travail, ses efforts et sa sueur, pendant 5h ou 6h. Retenir cette pré-quantification des tâches contre la durée effective de travail, c’est rémunérer les travailleuses de manière forfaitaire pour une quantité de travail à écouler, corrélée à une durée fictive qui justifie le forfait sans être rectifiée par la durée effective. Superposition d’apparences, ce dispositif n’est pas vraiment du salaire à la tâche, puisqu’en accélérant son rythme on ne peut pas augmenter sa rémunération, mais simplement gagner un peu de temps – ou ne pas trop en perdre.

Ce dispositif est contraire au droit du travail, et source d’un grand nombre d’heures excédentaires non payées. Mais il est courant dans l’hôtellerie, la distribution de prospectus publicitaires… ou encore la distribution du courrier.

Cette fois, l’Ibis Batignolles devra rentrer dans le rang, c’est-à-dire que la cadence deviendra effectivement « indicative », cessant de se substituer au décompte des heures réellement travaillées.

https://www.mediapart.fr/journal/economie/250521/ibis-batignolles-dans-ce-combat-j-ai-appris-la-dignite


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.