Pas assez productifs, les facteurs ?

Dans son rapport annuel de 2020, la Cour des comptes reprenait une de ses marottes en tapant sur la distribution du courrier : « Il est donc nécessaire d’accroître la recherche de gains de productivité. » (p. 392)

Et bien cherchons-les, ces gains de productivité. On les trouve très vite, dans les rapports économiques annuels de La Poste. Les données financières y occupent le devant de la scène, mais on retrouve aussi chaque année ce petit encadré qui donne quelques informations sur la production (p. 35 du rapport 2020 de La Poste).

Ce n’est pas toujours très fiable. Quand on compare les chiffres d’une année à l’autre, on a parfois des incohérences : il faudrait admettre par exemple que La Poste a ouvert 836 plateformes de distribution du courrier entre 2015 et 2016 pour en refermer 976 l’année suivante.

Mais sur le moyen terme, des tendances se dégagent : il y a presque moitié moins de centres de distribution du courrier en 2020 par rapport à 2011 ; le nombre de facteurs et de tournées diminue ; et pourtant, il y a un quart de boîtes aux lettres en plus à desservir.

(Oui, je sais, c’est pas bien les graphiques avec un axe des ordonnées qui commence pas à 0, ça grossit exagérément les tendances. Mais ça permet de lire plus précisément les grandeurs dont il est question. Et promis, j’arrête sur les prochains.)

Arrêtons-nous un peu plus sur le nombre de boîtes aux lettres, de tournées et de facteurs. On ne sait pas toujours très bien de quoi parle La Poste, et si elle parle de la même chose d’une année sur l’autre :

  1. Pour les boîtes, il s’agit de celles « desservies six jours sur sept ». Le principe d’une distribution six jours sur sept est stable. Sauf que depuis quelques années, La Poste a déployé la « distribution pilotée » : on ne se rend plus certains jours à certaines adresses si le courrier qui leur est destiné n’est pas prioritaire. Est-ce que La Poste l’a pris en considération à travers une pondération du nombre de boîtes desservies six jours sur sept, ce qui expliquerait la baisse du nombre de boîtes en 2018 (alors qu’il n’y a pas de raison que le nombre de points de distribution du courrier subisse une inflexion, puisque le nombre d’habitants et de logements augmente de manière continue) ?
  2. Le nombre de facteurs diminue tout au long de la période (sauf en 2018). La Poste dit qu’elle parle de « personnes physiques ». Mais lesquelles ? Compte-t-elle les postiers en CDD, en intérim ? Compte-t-elle les personnes qui sont là au moins un mois, six mois, un an dans l’année ? En 2020, si les chiffres sont exacts, la saignée est terrible : 5000 facteurs en moins. Les agents « éloignés du service » par la crise sanitaire sont-ils exclus du décompte ? Ou bien est-ce le résultat de la réorganisation dite « transitoire » des samedis, qui a permis à La Poste de se passer de ses « rouleurs de cycle » ?
  3. Le nombre de tournées diminue chaque année (sauf encore en 2018, année de tous les mécomptes ?). Il diminue là aussi fortement en 2020, année où La Poste croit bon de préciser, pour la première fois, qu’il s’agit de tournées « journalières ». Pourquoi cette précision ? Je ne sais pas, mais on se souvient que La Poste a pris prétexte de la crise sanitaire pour fabriquer le samedi des doubles tournées : chaque titulaire doit distribuer (une partie) du courrier de sa tournée, plus celui d’une autre tournée. Il y a donc moitié moins de circuits de distribution le samedi. Est-ce cela qui expliquerait la baisse particulièrement brusque de 2020 ?

Toutes ces incertitudes et réserves posées, on peut quand même tenter un indicateur de productivité, à travers le nombre de boîtes aux lettres desservies par facteur et par tournée.

Oh, on a trouvé des gains de productivité ! Chaque tournée, chaque facteur distribue de plus en plus de destinataires.

La Cour des comptes et Philippe Wahl doivent être contents, non ? Et bien non : cette productivité là ne rapporte rien, puisque les recettes n’en dépendent pas. Seuls comptent les indicateurs sonnants et trébuchants.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.