Recettes, marge et effectifs : quelques chiffres sur La Poste

« Notre modèle économique n’est plus viable » : c’est en ces termes menaçants, sinon catastrophistes, que le PDG Philippe Wahl présentait il y a quelques années les défis de La Poste. À le lire, on pourrait croire que La Poste perd un pognon de dingue, selon l’expression de l’autre consacré.

On n’en est pas tout fait là. Un graphique vaut mieux que de longues explications, dit le sage. Et vice versa, lui rétorque le sage concurrent. Alors je vous mets un peu des deux.

Jetons d’abord un œil aux recettes et à la marge d’exploitation de La Poste. Depuis 15 ans, le chiffre d’affaires du groupe ne fait qu’augmenter, de moins de 20 à plus de 25 milliards d’euros aujourd’hui. Son résultat d’exploitation est plus fluctuant, mais il est toujours positif : entre 500 millions et un milliard par an.

Source : communiqués de presse et documents de référence annuels, consultables ici.

Mais La Poste est une vaste machine, qui a plusieurs cordes à son arc, et de plus en plus. Le courrier, qui était à la base de son activité, est en revanche en perte de vitesse. Est-ce que ce serait cette production là en particulier qui ne serait plus « viable » ?

Source : communiqués de presse et documents de référence annuels, consultables ici.

Les chiffres remontent moins loin, car cela fait moins longtemps que La Poste rend publics un détail par « branche ». Ils montrent effectivement que le courrier-colis représente une part décroissante du chiffre d’affaires du groupe. Mais c’est parce que le reste augmente, tandis que cette branche là génère un volume de revenus plutôt stable. Et cette branche permet, elle aussi, de dégager un surplus, une marge opérationnelle qui demeure chaque année positive.

(Sur le graphique, on a même l’impression que cette marge est supérieure à celle du groupe, mais c’est un effet trompeur des conventions comptables internes à La Poste : le Réseau, c’est-à-dire l’infrastructure des bureaux et guichets de poste, joue le rôle de prestataire pour les autres branches du groupe, c’est-à-dire principalement le courrier-colis et la banque, si bien qu’il se contente de refacturer ses prestations en interne et n’a pas de vocation à faire du profit en propre.)

Ce qui est sûr en revanche, c’est que pour obtenir une telle marge, le groupe taille dans le vif : les effectifs suivent une tendance exactement inverse à celle du chiffre d’affaires.

Source : communiqués de presse, documents de référence annuels et rapports sociaux, consultables ici.

Comment comparer 25 milliards d’euros et 200 000 salariés dans un même graphique ? Pour les ramener à une même unité de mesure, on considère un point de départ (2004) et on fait comme si le chiffre d’affaires de l’époque, de même que le nombre de salariés, est égal à 100. À partir de là, il n’y a plus qu’à suivre l’évolution : en 15 ans, pendant que les recettes ont augmenté de 40 %, les effectifs ont fondu de plus de 30 %.

Mais, à y regarder de plus près, ce ne sont pas tous les effectifs qui ont chuté. Les catégories de personnel faisant office d’état-major ont connu un gonflement, tandis que toutes les autres ont été drastiquement dégraissées.

Source : rapports sociaux, consultables ici.

En un peu plus de dix ans, il y a eu un quart de cadres supérieurs en plus ; et un tiers d’agents de maîtrise et d’exécution en moins. On comptait un cadre supérieur pour 14 agents de maîtrise et exécution en 2008 ; ce n’est plus qu’un pour 8 en 2019. Comment l’expliquer ?

Un effet « armée mexicaine » ou, pour le dire (un peu) plus gentiment, un appareil de commandement taylorien qui se boursoufle pour assumer le travail de « rationalisation » qu’il impose aux personnels plus subalternes ? Ou bien un effet d’optique, La Poste ayant tendance à externaliser certaines de ces prestations (comme le colis), si bien que les ouvrières et ouvriers qui les assurent n’ont plus l’heur d’être compté·e·s dans les effectifs du groupe ? Aux connaisseuses et connaisseurs de trancher, probablement quelque part entre les deux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.