Femmes de chambres de l’Ibis Batignolles : petite leçon d’une grande victoire

Vendredi 21 mai a été signé un protocole d’accord mettant fin à 22 mois de conflit entre 20 travailleuses du nettoyage de l’immense hôtel Ibis des Batignolles, leur employeur STN et leur donneur d’ordres Accor.

Augmentation des salaires et baisse des cadences : c’est le combo magique qu’elles ont arraché.

Le tract de la CGT HPE, le syndicat qui les soutient, rapporte ainsi que « la cadence indicative [va baisser] de 3,5 à 3 chambres de l’heure (…) et à 2 chambres pour les grandes avec installation d’une pointeuse ».

La pointeuse serait donc un acquis de la lutte ? Troublant, et pourtant, c’est un changement de régime crucial. La cadence n’est pas seulement abaissée, elle change de statut. Elle devient un objectif, alors qu’elle valait solde de tout compte.

Tu as fait 14 chambres ? Alors c’est que tu as travaillé 4h, disait l’ancien régime, qui ne se préoccupait pas que la salariée ait pu en réalité fournir sa force de travail, ses efforts et sa sueur, pendant 5h ou 6h. Retenir cette pré-quantification des tâches contre la durée effective de travail, c’est rémunérer les travailleuses de manière forfaitaire pour une quantité de travail à écouler, corrélée à une durée fictive qui justifie le forfait sans être rectifiée par la durée effective. Superposition d’apparences, ce dispositif n’est pas vraiment du salaire à la tâche, puisqu’en accélérant son rythme on ne peut pas augmenter sa rémunération, mais simplement gagner un peu de temps – ou ne pas trop en perdre.

Ce dispositif est contraire au droit du travail, et source d’un grand nombre d’heures excédentaires non payées. Mais il est courant dans l’hôtellerie, la distribution de prospectus publicitaires… ou encore la distribution du courrier.

Cette fois, l’Ibis Batignolles devra rentrer dans le rang, c’est-à-dire que la cadence deviendra effectivement « indicative », cessant de se substituer au décompte des heures réellement travaillées.

https://www.mediapart.fr/journal/economie/250521/ibis-batignolles-dans-ce-combat-j-ai-appris-la-dignite

Pas assez productifs, les facteurs ?

Dans son rapport annuel de 2020, la Cour des comptes reprenait une de ses marottes en tapant sur la distribution du courrier : « Il est donc nécessaire d’accroître la recherche de gains de productivité. » (p. 392)

Et bien cherchons-les, ces gains de productivité. On les trouve très vite, dans les rapports économiques annuels de La Poste. Les données financières y occupent le devant de la scène, mais on retrouve aussi chaque année ce petit encadré qui donne quelques informations sur la production (p. 35 du rapport 2020 de La Poste).

Ce n’est pas toujours très fiable. Quand on compare les chiffres d’une année à l’autre, on a parfois des incohérences : il faudrait admettre par exemple que La Poste a ouvert 836 plateformes de distribution du courrier entre 2015 et 2016 pour en refermer 976 l’année suivante.

Mais sur le moyen terme, des tendances se dégagent : il y a presque moitié moins de centres de distribution du courrier en 2020 par rapport à 2011 ; le nombre de facteurs et de tournées diminue ; et pourtant, il y a un quart de boîtes aux lettres en plus à desservir.

(Oui, je sais, c’est pas bien les graphiques avec un axe des ordonnées qui commence pas à 0, ça grossit exagérément les tendances. Mais ça permet de lire plus précisément les grandeurs dont il est question. Et promis, j’arrête sur les prochains.)

Arrêtons-nous un peu plus sur le nombre de boîtes aux lettres, de tournées et de facteurs. On ne sait pas toujours très bien de quoi parle La Poste, et si elle parle de la même chose d’une année sur l’autre :

  1. Pour les boîtes, il s’agit de celles « desservies six jours sur sept ». Le principe d’une distribution six jours sur sept est stable. Sauf que depuis quelques années, La Poste a déployé la « distribution pilotée » : on ne se rend plus certains jours à certaines adresses si le courrier qui leur est destiné n’est pas prioritaire. Est-ce que La Poste l’a pris en considération à travers une pondération du nombre de boîtes desservies six jours sur sept, ce qui expliquerait la baisse du nombre de boîtes en 2018 (alors qu’il n’y a pas de raison que le nombre de points de distribution du courrier subisse une inflexion, puisque le nombre d’habitants et de logements augmente de manière continue) ?
  2. Le nombre de facteurs diminue tout au long de la période (sauf en 2018). La Poste dit qu’elle parle de « personnes physiques ». Mais lesquelles ? Compte-t-elle les postiers en CDD, en intérim ? Compte-t-elle les personnes qui sont là au moins un mois, six mois, un an dans l’année ? En 2020, si les chiffres sont exacts, la saignée est terrible : 5000 facteurs en moins. Les agents « éloignés du service » par la crise sanitaire sont-ils exclus du décompte ? Ou bien est-ce le résultat de la réorganisation dite « transitoire » des samedis, qui a permis à La Poste de se passer de ses « rouleurs de cycle » ?
  3. Le nombre de tournées diminue chaque année (sauf encore en 2018, année de tous les mécomptes ?). Il diminue là aussi fortement en 2020, année où La Poste croit bon de préciser, pour la première fois, qu’il s’agit de tournées « journalières ». Pourquoi cette précision ? Je ne sais pas, mais on se souvient que La Poste a pris prétexte de la crise sanitaire pour fabriquer le samedi des doubles tournées : chaque titulaire doit distribuer (une partie) du courrier de sa tournée, plus celui d’une autre tournée. Il y a donc moitié moins de circuits de distribution le samedi. Est-ce cela qui expliquerait la baisse particulièrement brusque de 2020 ?

Toutes ces incertitudes et réserves posées, on peut quand même tenter un indicateur de productivité, à travers le nombre de boîtes aux lettres desservies par facteur et par tournée.

Oh, on a trouvé des gains de productivité ! Chaque tournée, chaque facteur distribue de plus en plus de destinataires.

La Cour des comptes et Philippe Wahl doivent être contents, non ? Et bien non : cette productivité là ne rapporte rien, puisque les recettes n’en dépendent pas. Seuls comptent les indicateurs sonnants et trébuchants.

[CHAPITRE EN RESTE] Les rouleuses et rouleurs

Rouleuse, rouleur : c’est le nom traditionnel donné à celleux qui ne sont pas titulaires de tournée, qui remplacent, voguant d’un jour à l’autre d’une tournée à l’autre. Parfois vécu comme le moyen d’une diversité d’expériences, l’absence de routine, ce statut est souvent perçu comme un purgatoire avant de parvenir, enfin, à « acheter » une tournée. Mais avec le risque, périodiquement rappelé à par une réorganisation supprimant des tournées, de déchoir et de revenir à cette fonction de « bouche-trou ».

Grignotant par tous les bouts possibles la notion de « titulaire de tournée », sans toutefois jamais s’y attaquer frontalement, La Poste a laissé proliférer les rouleuses et rouleurs. Un des moyens était d’accroître la durée hebdomadaire des tournées (DHT). Avec les cycles de 42h qui avaient sa préférence – la tournée est censée durer 7h, six jours sur sept –, La Poste rendait nécessaire le remplacement au moins une journée par semaine.

Mais, depuis un an, on bascule dans tout autre chose. Au prétexte de la crise sanitaire, l’attribution d’un repos de cycle un samedi sur deux est associée à l’obligation de distribuer le courrier et les colis (du moins une partie d’entre eux) sur deux tournées le samedi où l’on travaille. Autrement dit, les titulaires se remplacent entre eux, et il n’y a plus besoin de rouleuses et rouleurs sur leurs « repos de cycle ». On ne les voit plus que pour remplacer les congés annuels, les quelques formations ou détachements syndicaux, ou des arrêts maladie – quand la « sécabilité » n’y suffit pas.

Dans ce bout de chapitre que j’ai dû éliminer du livre, j’examinais la situation d’avant Covid, quand il fallait abandonner régulièrement abandonner sa tournée à une rouleuse ou un rouleur, et les incertitudes, parfois les tensions, que cela engendrait. C’était l’occasion de citer à nouveau l’excellent livre de Robert Cottard, facteur retraité et écrivain, Les calendriers.

« En garant la C15, je veille à ne pas empiéter sur la bande de gazon qui sépare la clôture de la route. C’est à ces petits riens que l’on reconnaît le titulaire d’une tournée. La menace du refus du calendrier ne pesant pas sur elle, Martine, la factrice remplaçante, n’est pas tenue à ces égards. Pour assurer la relève de la garde de sa petite Jennifer, dont le papa est du quart d’après-midi, elle fait ses demi-tours sur les pelouses, enfonce incomplètement le courrier dans les boîtes, refuse de rapporter sa baguette de pain à Hubert, mord sur la bande de gazon de Jacqueline et essuie ses engueulades. »

Robert Cottard, facteur et écrivaini

Les remplaçants, alias les « rouleurs », sont une ombre projetée sur les tournées des titulaires. Tout le monde ou presque est passé par là : le premier poste du facteur, fonctionnaire ou en CDI, le conduit à « rouler » d’une tournée à l’autre au gré des absences de ses collègues.

C’est une ombre qui s’agrandit. Les durées théoriques des tournées s’allongent, tendant vers 42h par semaine, parfois plus. La Poste cherche à allonger la journée de travail, pour la rapprocher d’horaires de bureau classiques, et amener les facteurs à officier l’après-midi. Certains facteurs eux-mêmes ne rechignent pas à allonger leurs journées, si cela leur offre davantage de repos.

D’autres tentent au contraire de freiner cette évolution, et de convaincre leurs collègues dans ce sens. Des durées hebdomadaires accrues, c’est moins de tournées, moins de titulaires. Puisque la durée légale du travail reste de 35h, plus la durée hebdomadaire de la tournée est élevée, plus le besoin de remplacement est important. C’est prendre le risque que des titulaires soient renvoyés au statut initial de rouleur à l’occasion d’une réorganisation, comme viennent de le vivre Dany et Guillaume. L’extension de l’ombre des rouleurs signe peut-être le crépuscule de « l’achat » de tournée. Les plus pessimistes croient savoir que La Poste veut en finir avec ce titre de simili-propriété des facteurs sur « leurs » quartiers.

Et moins de tournées, n’est-ce pas moins de facteurs ? Non, rétorque La Poste : qu’on vous donne 15 titulaires et 7 remplaçants ou 20 titulaires et 2 remplaçants, vous aurez toujours 22 facteurs, puisque la charge de travail à écouler ne varie pas. Sauf que la visibilité n’est pas la même. Un titulaire qui n’est pas nommé, une tournée qui n’est pas achetée, ça se voit tout de suite, la position de travail est vacante, le courrier ne bouge pas. En revanche, s’il fallait 7 remplaçants et que La Poste n’en a embauché que 6, qui le verra ? Bien sûr, des tournées seront « à découvert », ou on demandera à des collègues de revenir sur leurs repos pour qu’elles ne le soient pas, mais qui peut identifier clairement que c’est la faute à un sous-dimensionnement des effectifs de remplaçants ? Jouant sur l’obscurité des paramètres à prendre en compte, certains établissements maintiennent leur effectif à un niveau inférieur à ce que les calculs des organisateurs ont pourtant établi comme requis. Il m’a fallu un long raisonnement pour faire correspondre les besoins et les moyens en remplacement, et m’apercevoir que l’effectif de remplaçants de Nanteuil était bien en deçà de ce qui serait nécessaireii. Cela explique que la présence des CDD et intérimaires demeure indispensable pour pallier ce manque, malgré la réorganisation qui aurait dû nous mettre hors jeu. Les rouleurs sont donc à la fois trop nombreux et pas assez.

Leur ombre abrite des attitudes diverses. Il y a un gouffre entre Maxime et Rayan, par exemple. Chaque titulaire loue la méticulosité du premier, sa capacité à rendre la tournée aussi propre que vous auriez souhaité la retrouver, mais plaint voire méprise dans le même temps son invraisemblable dévouement à La Poste, qui laisse penser qu’il n’a « pas de vie ». Quant à Rayan, il n’y a pas un facteur qui n’ait une anecdote mettant en relief sa désinvolture : du courrier pas distribué, des recommandés toujours avisés, des réexpéditions oubliées, toutes sortes de cadavres dans les placards qu’il abandonne en silence, livrant le titulaire au surcroît de la surprise.

Le rouleur, ce n’est pas qu’une ombre, c’est aussi le spectre d’une comparaison déloyale. Tant qu’il met plus de temps et rencontre plus de difficultés que le titulaire, l’ordre des choses semble respecté. Mais si jamais il rentre plus tôt, plusieurs fois de suite, il fait peser le soupçon de la lenteur sur celui qu’il remplace et qui est pourtant le régional de l’étape. À Nanteuil, depuis la réorganisation, les chefs d’équipe font profil bas et évitent ce genre de comparaison. Mais, dans d’autres centres, d’autres chefs n’ont pas un tel scrupule et appuient là où ça fait mal, faisant de l’allure de Martine, pour reprendre le récit de Robert Cottard, un étalon plutôt qu’une déviance. Le titulaire aura beau plaider que son remplaçant est plus jeune, en meilleure santé, plus ambitieux ou moins soigneux, la hiérarchie aura toujours la ressource de lui coller devant le nez ce miroir déplaisant.

Dans l’organisation théorique de La Poste, les rouleurs sont des facteurs embauchés, permanents à durée indéterminée. C’est la contrepartie de la sujétion particulière à laquelle on les soumet. C’est aussi le moyen de s’assurer de la qualité de leur apprentissage – il faut connaître toutes les rues de Nanteuil, et le plus grand nombre possible de ses dizaines de milliers d’usagers –, et de solidifier leur loyauté, leur souci de bien faire le travail.

Pour leurs collègues titulaires, c’est un moyen de contrôle social. Ce sont des remplaçants, certes, mais des collègues aussi stables que les autres. Leur ancrage pérenne dans le collectif renforce l’efficacité des rappels à l’ordre qui leur sont adressés, qu’on leur demande de ralentir ou de mieux s’appliquer. Quant aux CDD, aux intérimaires, ce sont certes des remplaçants, quant à eux temporaires, mais théoriquement stables sur les tournées qu’ils effectuent : ils ont vocation à s’acclimater à la tournée désertée par un congé maternité, une longue maladie, une mutation ou un départ en retraite, mais pas à « rouler ».

Nanteuil, après la réorganisation, sort complètement de ce cadre théorique, ce qui fait s’écrouler les digues qui bordent habituellement le travail de remplacement.

iCottard,Les calendriers, éditions de l’Olivier, 2019, p. 220.

iiIl faut en effet d’un côté estimer les besoins, liés aux repos dits « de cycle » (un jour par semaine par titulaire de tournée dès lors que celle-ci est programmée pour durer 42h sur six jours), aux congés annuels, aux absences autorisées (décharge syndicale, formation, « journée senior »…) et à l’absentéisme. De l’autre, il faut recenser les agents permanents dédiés au remplacement, c’est-à-dire les rouleurs proprement dits, mais aussi les « facteurs qualité » et les « facteurs d’équipe » qui théoriquement ne dédient qu’une partie de leur temps de travail à des remplacements (c’est aussi en dépassant cette limite théorique que La Poste parvient à combler le solde négatif quand on rapporte les moyens aux besoins).