Recettes, marge et effectifs : quelques chiffres sur La Poste

« Notre modèle économique n’est plus viable » : c’est en ces termes menaçants, sinon catastrophistes, que le PDG Philippe Wahl présentait il y a quelques années les défis de La Poste. À le lire, on pourrait croire que La Poste perd un pognon de dingue, selon l’expression de l’autre consacré.

On n’en est pas tout fait là. Un graphique vaut mieux que de longues explications, dit le sage. Et vice versa, lui rétorque le sage concurrent. Alors je vous mets un peu des deux.

Jetons d’abord un œil aux recettes et à la marge d’exploitation de La Poste. Depuis 15 ans, le chiffre d’affaires du groupe ne fait qu’augmenter, de moins de 20 à plus de 25 milliards d’euros aujourd’hui. Son résultat d’exploitation est plus fluctuant, mais il est toujours positif : entre 500 millions et un milliard par an.

Source : communiqués de presse et documents de référence annuels, consultables ici.

Mais La Poste est une vaste machine, qui a plusieurs cordes à son arc, et de plus en plus. Le courrier, qui était à la base de son activité, est en revanche en perte de vitesse. Est-ce que ce serait cette production là en particulier qui ne serait plus « viable » ?

Source : communiqués de presse et documents de référence annuels, consultables ici.

Les chiffres remontent moins loin, car cela fait moins longtemps que La Poste rend publics un détail par « branche ». Ils montrent effectivement que le courrier-colis représente une part décroissante du chiffre d’affaires du groupe. Mais c’est parce que le reste augmente, tandis que cette branche là génère un volume de revenus plutôt stable. Et cette branche permet, elle aussi, de dégager un surplus, une marge opérationnelle qui demeure chaque année positive.

(Sur le graphique, on a même l’impression que cette marge est supérieure à celle du groupe, mais c’est un effet trompeur des conventions comptables internes à La Poste : le Réseau, c’est-à-dire l’infrastructure des bureaux et guichets de poste, joue le rôle de prestataire pour les autres branches du groupe, c’est-à-dire principalement le courrier-colis et la banque, si bien qu’il se contente de refacturer ses prestations en interne et n’a pas de vocation à faire du profit en propre.)

Ce qui est sûr en revanche, c’est que pour obtenir une telle marge, le groupe taille dans le vif : les effectifs suivent une tendance exactement inverse à celle du chiffre d’affaires.

Source : communiqués de presse, documents de référence annuels et rapports sociaux, consultables ici.

Comment comparer 25 milliards d’euros et 200 000 salariés dans un même graphique ? Pour les ramener à une même unité de mesure, on considère un point de départ (2004) et on fait comme si le chiffre d’affaires de l’époque, de même que le nombre de salariés, est égal à 100. À partir de là, il n’y a plus qu’à suivre l’évolution : en 15 ans, pendant que les recettes ont augmenté de 40 %, les effectifs ont fondu de plus de 30 %.

Mais, à y regarder de plus près, ce ne sont pas tous les effectifs qui ont chuté. Les catégories de personnel faisant office d’état-major ont connu un gonflement, tandis que toutes les autres ont été drastiquement dégraissées.

Source : rapports sociaux, consultables ici.

En un peu plus de dix ans, il y a eu un quart de cadres supérieurs en plus ; et un tiers d’agents de maîtrise et d’exécution en moins. On comptait un cadre supérieur pour 14 agents de maîtrise et exécution en 2008 ; ce n’est plus qu’un pour 8 en 2019. Comment l’expliquer ?

Un effet « armée mexicaine » ou, pour le dire (un peu) plus gentiment, un appareil de commandement taylorien qui se boursoufle pour assumer le travail de « rationalisation » qu’il impose aux personnels plus subalternes ? Ou bien un effet d’optique, La Poste ayant tendance à externaliser certaines de ces prestations (comme le colis), si bien que les ouvrières et ouvriers qui les assurent n’ont plus l’heur d’être compté·e·s dans les effectifs du groupe ? Aux connaisseuses et connaisseurs de trancher, probablement quelque part entre les deux.

Depuis aujourd’hui, envoyer une lettre coûte plus d’un euro : qu’est-ce que ça cache ?

Quelques semaines après avoir rituellement ouvert son secrétariat du Père Noël, La Poste met en œuvre, tout aussi rituellement, une révision à la hausse de ses tarifs. Marronnier du nouvel an, encore plus sûr que la neige en hiver, l’augmentation du prix du timbre est cette année d’autant plus soulignée par différents médias qu’il n’est désormais plus possible d’envoyer une lettre pour moins d’un euro.

Cela fait longtemps à présent que les prix du timbre augmentent plus vite que l’inflation. Un article peut ainsi souligner que, en dix ans, le prix du timbre a augmenté de 113,3 % pendant que le smic brut n’a augmenté que de 13,9 %.

Oui, mais votre budget courrier n’augmente pas, puisque d’année en année vous envoyez moins de lettres, rétorque l’ARCEP. « La consommation des ménages représente en moyenne 38,3 euros par an en 2020. (…) À volumes constants, ce panier augmenterait de 7,1% en 2021, soit un peu plus de 2,7 euros pour passer à 41,0 euros. Néanmoins, l’utilisation de services postaux suit une tendance à la baisse due à l’évolution des usages, ainsi qu’à la hausse des prix. Ainsi, la combinaison de ces deux facteurs devrait porter la facture moyenne des ménages en 2021 à 35,6 euros. » (ici, p. 5) L’ARCEP reconnaît ainsi à demi-mot que l’augmentation des tarifs, censée compenser la baisse des volumes de courrier, accentue cette baisse en dissuadant les usagers d’effectuer certains envois.

Qu’est-ce que l’ARCEP ? C’est l’autorité de régulation du secteur postal (et des communications électroniques). Son rôle théorique est de garantir l’aspect concurrentiel du marché postal, sans trop pénaliser La Poste qui est seule à devoir assumer les missions du service universel. La Poste doit notamment prendre en charge toutes les correspondances de moins de 2 kg, les colis jusqu’à 20kg, les recommandés, et les acheminer depuis n’importe quel point jusqu’à n’importe quel autre point du territoire national. Cela coûte beaucoup d’argent, et cela explique que les concurrents de La Poste lui font face sur des marchés locaux ou de produits spécifiques, mais sans oser mettre en place une architecture logistique équivalente.

Comment est financé le service postal universel ? Uniquement par les recettes qu’il génère. « Les prix sont orientés sur les coûts », dit la loi. D’accord, mais comment évalue-t-on les coûts ? L’ARCEP se fait livrer la comptabilité de La Poste, théoriquement pour s’assurer que les conditions du financement du service universel sont garanties, sans que cela soit la source d’une concurrence déloyale au détriment des rivaux de La Poste. Comment l’ARCEP isole-t-elle les coûts du service postal ? La réponse se trouve quelque part entre le chapitre 12 et le chapitre 15 de mon livre, mais on peut retenir ici que, dans son évaluation de la comptabilité analytique postale, l’ARCEP se rend dépendante des « normes et cadences » que La Poste a conçues pour ses facteurs il y a fort, fort longtemps (voir ici, p. 8-9).

L’ARCEP a donc validé, six mois avant que les médias reprennent l’info, l’augmentation des tarifs de La Poste. Elle autorise une hausse moyenne annuelle de 5 %, qui résulterait d’une « appréciation du partage des efforts à opérer entre La Poste et les utilisateurs de ses services du fait de la baisse des volumes ; dans une industrie marquée par des déséconomies d’échelles et par le poids des missions de service public sur le dimensionnement de l’appareil productif, cette baisse des volumes implique un arbitrage entre, d’une part, les efforts réalisés par l’opérateur [La Poste], fondés nécessairement sur des réductions substantielles de charges et, d’autre part, les efforts demandés aux utilisateurs en matière tarifaire » (ici, p. 4).

« Déséconomies d’échelles » ? Dit autrement, une chute de productivité. D’un côté, les volumes de courrier diminuent ; de l’autre, le nombre de destinataires, de boîtes aux lettres, augmente. Les factrices et facteurs doivent parcourir des distances plus grandes, pour servir davantage d’usagers, mais qui reçoivent moins de courrier. Si les boîtes aux lettres étaient des box internet, les usagers paieraient pour recevoir le flux, les recettes augmenteraient en proportion. Mais dans le courrier, c’est presque exclusivement l’expéditeur qui paie, au pli envoyé. Pour résoudre cette contradiction économique, l’ARCEP autorise La Poste à demander des efforts supplémentaires aux usagers, en les faisant débourser davantage pour chaque timbre, mais lui réclame en retour des « réductions substantielles de charges ».

Côté usagers, je laisse parler l’UFC-Que choisir. Philippe Wahl, le PDG de La Poste, rétorquait à la même époque : « Quant au timbre, à chute historique des volumes, hausse historique du prix. Il faut bien que quelqu’un le paye ce service postal universel ! C’est aux usagers de le faire, et à personne d’autre. »

Personne d’autre vraiment ? Quand l’ARCEP parle de « réductions substantielles de charges » ? Bien sûr, on peut trouver des équipements moins cher, des véhicules moins gourmands en énergie, des machines plus performantes, des locaux meilleur marché. Mais la réduction de charges s’obtient principalement par la réduction des effectifs et l’augmentation des efforts soutirés à celles et ceux qui restent.

Comment La Poste l’impose-t-elle à ses facteurs et factrices ? Réponse le 4 février !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search